A la découverte de la région de Waikato / Coromandel

A la découverte de la région de Waikato / Coromandel

A moins d’une heure au sud d’Auckland, la région est une caricature rurale de Nouvelle-Zélande. Elle a depuis quelques années acquis une renommée mondiale grâce à Hobbiton, mais elle possède bien plus d’attraits touristiques qu’il n’y paraît. Nous vous les présentons ici, et vous pourrez poursuivre votre découverte de la région avec notre Top 6 des activités à tester.

waikato (2)

La région administrative de Waikato est bien plus vaste qu’on le croit généralement. Elle englobe la très célèbre Coromandel Peninsula et descend jusqu’à la limite du Mont Tongariro, dans le Central Plateau. Vous retrouverez tous les détails sur notre app Android et iPhone en choisissant Waikato ou Coromandel dans le menu déroulant de la page d’accueil. Parmi les merveilles de la région, citons le réseau souterrain de Waitomo (de wai, ‘’eau’’ et tomo ‘’trou’’ ou ‘’entrée’’) qui abrite l’un des plus beaux sites de spéléologie de Nouvelle-Zélande. Entre 25 et 40 millions d’années, la région est totalement immergée sous les océans, permettant aux sédiments de se déposer pour former d’épaisses couches de calcaire. Celles-ci sont progressivement repoussées du fond marin vers la surface par les mouvements de la croûte terrestre, puis déformées et cassées. Les fissures entre les énormes blocs permettent alors à l’eau de s’infiltrer et de sculpter les grottes, les galeries et le réseau hydrologique souterrain. Outre les curiosités géologiques de ce monde souterrain, on peut y voir un autre spectacle surprenant : des millions de ‘’vers luisants’’, glow-worms en anglais, transforment les voûtes des grottes en un ciel étoilé, et ce, à toute heure. Si le spectacle vaut le détour, le nombre de visiteurs et l’organisation militaire des visites peuvent gâcher un peu l’expérience.

Focus sur le ‘glow-worm’

Le glow-worm de Nouvelle-Zélande n’est en fait pas un ver mais la larve d’un insecte, le diptère kéroplatidé (Arachnocampa luminosa), une espèce de petit moucheron qui ressemble fort au moustique. L’insecte traverse plusieurs cycles avant d’atteindre l’âge adulte, œuf, larve, pupe et nymphe. Pour survivre, larves et pupes ont besoin d’une forte humidité, d’une obscurité totale, d’une atmosphère sans courant d’air et d’une nourriture abondante issue des points d’eau environnants. Elles s’accrochent aux anfractuosités de la roche en tissant une petite toile et en laissant pendre un fil gluant de 4 à 10 cm grâce auquel elles piègent leurs proies. La bioluminescence créée par une réaction chimique au bout de l’abdomen, a un rôle nutritif, mais aussi sexuel et défensif. La lumière attire les proies et les partenaires pour les femelles (d’où l’appellation ‘’une allumeuse’’ !). Le cycle biologique du glow-worm, de 11 à 12 mois, est en grande partie un cycle juvénile, au terme duquel l’insecte, dont la carapace a durci, s’envole vers le but ultime, la reproduction. Il perd alors sa luminescence pour les 2 ou 3 mois de vie qu’il lui reste. 

Waitomo caves 021

Au centre de la région se situe Hamilton, la quatrième plus grande ville du pays. C’est le pôle agricole et horticole de la région, rendue célèbre pour ses magnifiques jardins. Le Waikato Museum of Art and History fait la part belle à l’histoire mouvementée de la région, qui aura été au cœur des guerres entre la couronne britannique et les maoris au 19ème siècle.

À 30 km au sud, la petite ville agricole de Te Awamutu surnommée « la ville rose » pour sa splendide roseraie, est une bonne base pour explorer la réserve ornithologique de Maungatautari et randonner dans le Mt Pirongia Forest Park. Maungatautari occupe un ancien volcan au sud du lac Karapiro. Cette réserve naturelle sert de site-pilote à un programme de restauration du bush et de protection de la faune indigène en danger telles que Kiwis, Takahes, et Tuataras. Vous pourrez faire l’ascension du mont haut de 800 mètres en 1h30 de marche. En allant vers l’est en direction de Coromandel et Bay of Plenty, on atteint le village au doux nom de Te Aroha, « l’amour » en maori. Cette petite bourgade paisible est réputée pour ses eaux thermales. Ses eaux sont connues pour avoir bien des vertus et attirent les citadins dès le 19ème siècle, avant même Rotorua. Il est toujours possible aujourd’hui de goûter au plaisir des Mineral Pools, au cœur de Hot Springs Domain, le parc de la ville, ou encore d’être surpris par l’éruption naturelle du geyser qui jaillit jusqu’à 5m de haut, à intervalles réguliers. Le village est au pied des Kaimai Mountains, dont les forêts sont protégées par le statut de parc régional. Mt Te Aroha, le point culminant, sépare les plaines de Waikato à l’ouest des régions de Bay of Plenty à l’est et de Coromandel Peninsula au Nord. Te Aroha est aussi réputé pour son excellent réseau de sentiers aménagés pour les vététistes. Mais le Kaimai Mamaku Forest Park offre aussi de nombreuses options de promenades. Les chemins traversent le site d’anciennes mines d’or et offrent une vue panoramique dégagée jusqu’à Mt Ruapehu et même jusqu’au Mt Taranaki par temps clair. Vers le nord, vous êtes dans le Coromandel. L’intense activité volcanique dans la zone de rencontre des plaques tectoniques, à l’est de la proto-Nouvelle-Zélande, il y a 10 millions d’années, donne naissance à une grande péninsule, barrière montagneuse qui protège désormais Hauraki Gulf du Pacifique.

Tout au long de la péninsule, à moins de 2h d’Auckland, s’offre une nature exceptionnelle, où contrastent le bleu de l’océan, le blanc des plages et des falaises, le vert du bush et des prairies et le rouge rubis des pohutukawas en fleurs. La région possède quelques-unes des plus belles plages de l’île du Nord, des petites criques de sable fin comme Waitete Bay à l’ouest, New Chums Beach ou Cathedral Cove à l’est, et de longues plages sauvages comme Opoutere Beach, qui rappellent The Bay of Plenty. Remontez la superbe côte est du Coromandel. Vous traversez quelques villages balnéaires et contournez de multiples estuaires qui entaillent le littoral. Vous croisez Whangamata et Tairua, célèbres pour le surf et leurs belles plages de sable fin. Avant de rejoindre Whitianga, tournez à droite, vers Hahei, porte de la réserve marine de Te Whanganui-A-Hei, ses falaises creusées et ses eaux turquoise, rendues célèbres par une scène de Narnia. Ici, kayak, snorkelling ou simplement relaxation sur la plage, sont rois. Au nord de la réserve naturelle, le gros bourg de Whitianga s’étire le long de Buffalo beach. Il borde la baie de Mercury qui ouvre sur les îles du même nom. Faites-y un arrêt ravitaillement par exemple avant de remonter encore plus au nord, vers Kuaotunu et sa péninsule et les baies reculées de la pointe. On ne vous en dit pas plus, à vous l’aventure…

Si vous partez vers l’ouest, à une cinquantaine de kilomètres d’Hamilton, changement de décor. Voici Raglan,  »la perle du Waikato ». Cette petite station balnéaire paisible occupe la partie sud du port naturel de Whaingaroa Harbour où aboutissent de multiples cours d’eau et dont l’embouchure étroite donne sur la mer de Tasman. Ses vagues parfaites déroulent le long de sa façade maritime dominée par Mt Karioi (756 m) à quelques kilomètres du centre. Elles attirent surfeurs et amateurs de sport de glisse du monde entier. Avec les surfeurs, les artistes qui les ont suivis ont fait de Raglan un village alternatif haut en couleurs, qui s’anime lors des rares festivals de musique et compétitions de surf. Le centre du village s’organise autour d’une seule rue qui s’achève sur la grève. Bars, cafés, boutiques d’artisanat et de surf accueillent une population bigarrée de surfeurs aux pieds nus et de familles en vacances. Les locaux préservent avec soin – et amour – leur petit coin de paradis et le village met tout en œuvre pour rester écolo et amical. Les eaux poissonneuses et protégées du port naturel attirent non seulement les pêcheurs mais aussi des colonies d’orques, de novembre à janvier. En plus des plaisirs nautiques et maritimes, l’arrière-pays offre de belles opportunités d’escapade.

DOSSIER WAIKATO ENCADRE raglan

Focus sur Cathedral Cove

Cathedral Cove est l’un des sites néo-zélandais les plus photographiés. Les amateurs du film d’Andrew Adamson de 2008,  »Le monde de Narnia : le prince Caspian » le reconnaîtront ! On y accède à pied depuis Hahei ; par la mer, depuis Whitianga ou Hahei ; et enfin, on peut se garer au bout de Grange Rd, d’où part le sentier principal. Depuis le nord de la plage de Hahei, comptez 25mn à pied jusqu’au parking, puis de là, 20 à 35mn jusqu’à Cathedral Cove le long d’un sentier qui surplombe les falaises. Les marches sont nombreuses : attendez-vous à un peu d’exercice. Pour voir Cathedral Cove dans toute sa splendeur, préférez le matin lorsque le soleil fait rougeoyer les falaises !

Cathedral-Cove-P1020589,medium_large.1464964567

Photo ci-dessus et en en-tête d’article : Thierry Fontaine et Paulette Andreani – www.galeriephotosdebretagne.com

Quelques bonnes tables

  • Waitomo – Huhu Café : d’un style épuré et moderne avec un service charmant, ce café ferait paraît-il les  meilleurs cafés serrés de la région. 10 Waitomo Caves Rd.
  • Raglan – The Shack : un café mythique qui sert d’excellentes salades, falafels et sandwichs faits maison, parfait entre deux sessions de surf. Angle Wainui & Bow Street.
  • Coromandel Town – Driving Creek Café : cette communauté hippie vous accueille avec le sourire et vous propose un menu entièrement végétarien et bio, servi en salle, en terrasse couverte ou même dans le jardin. 180 Driving Creek Rd.
  • Kuaotunu – Luke’s Kitchen : à mi-chemin entre la paillotte et la terrasse d’un de vos meilleurs amis, face à la plage paradisiaque de Kuaotunu, Luke’s Kitchen est comme son nom l’indique littéralement la « cuisine » d’été montée par Luke le surfeur en 2010. 20 Blackjack Rd, Kuaotunu Rd.

Pour découvrir notre Top 6 des activités à tester dans la région, rendez-vous ici.

Sébastien Michel
Fondateur de l’agence francophone locale Frogs

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Donnez votre avis, on vous écoute !