Grande tristesse nationale après l’assassinat de Peter Blake

Grande tristesse nationale après l’assassinat de Peter Blake

Sir Peter Blake, le célèbre navigateur néo-zélandais que nous comptions parmi les emblèmes du pays, a été stupidement assassiné par des pirates pour quelques montres, des appareils photos et du matériel de navigation … Retour sur une figure du sport néozélandais.

peter-blakeL’attaque menée par 3 ou 4 pirates connus de la police brésilienne comme faisant partie du gang des « water rats », a eu lieu jeudi 6 décembre alors que le bateau revenait vers des régions plus ‘civilisées’ de l’embouchure du fleuve Amazon, dans la région d’Amapa…

Peter Blake aurait tenté de défendre son équipage avec un pistolet. Dans l’échange de coups de feux, des pirates et des membres de son équipage auraient été blessés, et Peter Blake touché mortellement à bout portant dans le thorax. La police brésilienne semble avoir arrêté les coupables – Lire le NZ Herald à ce sujet…

C’est un grand choc pour la Nouvelle-Zélande. Tous les journaux affichent des photos du navigateur en première page accompagnés de titres prouvant leur profonde affliction : ‘Sail Away, Kiwi hero’, ‘Murder stunts NZ’…

Le Premier Ministre du pays, Helen Clark, a annoncé avoir été ‘absolutely devastated’ a l’annonce de sa mort. Elle a parlé de lui comme ‘l’Edmund Hillary des mers’. Un titre posthume qui prouve la grande valeur du navigateur. Sir Edmond Hillary fut un illustre alpiniste et explorateur Kiwi du début du siècle.

Elle propose que les drapeaux du pays soient mis en berne et souhaite l’ouverture de livres de condoléances à travers l’ensemble du pays. Dans la rue aussi, le choc est tangible. Tout le monde en parle, dans une certaine dignité propre aux habitants de cette île. J’en ai même discuté avec le pompiste avant la fin de mon plein !

Pourquoi une telle passion pour ‘Sir’ Peter Blake ?

L’homme représentait toutes les valeurs chères aux yeux des Kiwis. C’était un homme doux mais déterminé, grand meneur d’hommes, humble et résistant devant la dureté des éléments naturels. Une image qui colle assez bien aux difficultés rencontrés par les Kiwis dans la conquête de leur propre terre. En effet, l’histoire des colons de Nouvelle-Zélande est pleine de dure labeur face à une nature généreuse mais puissante et impétueuse.

Peter Blake avait su gagner la sympathie et le soutien de ses compatriotes tout au long de sa carrière de par ses talents de navigateur autant que par ses traits de caractère. Tous le décrivent comme un doux géant plein d’humanité, grand navigateur…et bon businessman !

C’est en 1995 qu’il aura son heure de gloire avec la victoire du Team New-Zealand sur les américains dans la Coupe de l’America. Il permet aux Kiwis, petite nation modeste, de prendre des mains des plus grands et des plus riches une coupe très symbolique. En effet, la Coupe de l’America, c’est autant une régate de marins que d’ingénieurs et de techniciens. Ainsi, avec ‘quelques bouts de ficelles’ et beaucoup d’ingéniosité, les Kiwis ont montré à la face du monde de quoi ils étaient capables.

Une célèbre anecdote relate les capacité de mobilisation de cette petite nation ; Le Team avait besoin d’argent pour son financement lors de la Coupe de 1995. Un employé de TVNZ, la chaîne nationale, a alors une idée de génie : commercialiser à travers le pays les célèbres portes-bonheur de Peter Blake : ses chaussettes rouges ! L’opération est un succès. Chaque Kiwi achète sa paire et le Team se retrouve crédité d’argent et de sympathie !

C’est ainsi que les Chaussettes rouges de Sir Peter Blake ont connu une telle postérité dans le pays…un peu comme le bonnet rouge de Cousteau partout dans le monde !

Par respect pour Peter Blake, son nom restera dans notre rubrique ‘les emblèmes de NZ’.

Article écrit par Seb à Nelson, le 9 décembre 2001

Ecrit par Matt Voir tous les posts de cet auteur →

Ex-Chef de Tribu @ Frogs-in-NZ, j'ai réalisé mon aventure en Nouvelle-Zélande en 2014-2015, entre road-trip et vie à Auckland. Currently living in Bordeaux, France :-)

Donnez votre avis, on vous écoute !