Hunt for the Wilder People, un film kiwi drôle et attachant

Hunt for the Wilder People, un film kiwi drôle et attachant

Récemment, je suis allé voir le dernier film d’un acteur-réalisateur néo-zélandais d’origine maorie qui manie toujours la dérision dans un style bien local. En effet, Taika Waititi, qui nous avait déjà donné Boy, les aventures loufoques d’un jeune maori des champs, et What we do in the shadow, tranche de vie déjantée de vampires ratés à Wellington, se lance ici dans une comédie pleine d’humour qui manie l’auto-dérision si chère aux Kiwis.

Il faut déjà dire que le film est tiré d’un livre écrit par Barry Crump, une idole de la littérature locale, qui a donné à la Nouvelle-Zélande une abondante collection de livres sur les aventures « back country » (l’arrière-pays reculé) de chasseurs et autres trappeurs bourrus. L’auteur, mort en 1996, haut en couleur, reste une idole pour une population qui admire toujours autant l’esprit des bushmen.

huntforthewilderpeople-poster-700x1000

Bref, la rencontre entre Barry Crump et la nouvelle génération dont Taiki Waititi fait partie nous donne un film savoureux, où on suit Ricky, un tout jeune adolescent maori orphelin, renfrogné, empâté et multirécidiviste dont plus aucune famille d’accueil ne veut, propulsé au milieu de nulle part dans la famille de la dernière chance. Là, on lui présente sa mère adoptive, pleine d’entrain et de bons mots et son père adoptif, joué par le célèbre Sam Neill (kiwi d’adoption depuis peu), vieux bushman bourru et qui trouve l’affaire très peu à son goût.

Un coup du sort (qu’on vous laissera découvrir) propulse Ricky et Uncle Hec dans une équipée sauvage, ensemble à travers les forêts et les montagnes de Nouvelle-Zélande, poursuivis par police, services sociaux et autres chasseurs louches, unis pour les ramener manu militari devant la justice. Après des débuts difficiles et cocasses, les deux compères s’apprivoisent au fil d’aventures drôles et rocambolesques, le tout filmé dans les paysages grandioses du pays.

Comme beaucoup d’autres spectateurs, j’ai beaucoup aimé les personnages, tous plus drôles les uns que les autres, mais aussi la parodie d’un film d’action hollywoodien, bien pimenté d’humour décalé que les Néo-Zélandais savent manier à merveille.

Bref, si vous voulez rire et profiter d’un bon film « feel good » version antipodes, allez voir Hunt for The Wilder People au cinéma !

Sébastien

Donnez votre avis, on vous écoute !