La Nouvelle-Zélande, une destination populaire qui se réserve tôt

La Nouvelle-Zélande, une destination populaire qui se réserve tôt

La Nouvelle-Zélande a plus que jamais le vent en poupe. Le nombre de touristes internationaux a atteint les 3,5 millions en 2016, en augmentation de 12% par rapport à l’année précédente (alors que de la croissance avait déjà été de 9,6% en 2015). Sa nature luxuriante, ses paysages uniques, sa culture pacifique et l’imaginaire porté par les célèbres films du Seigneur des Anneaux séduisent de plus en plus. Même si le nombre de touristes reste faible en proportion de la surperficie du pays, cela pose des défis aux autorités locales comme aux candidats à un voyage unique dans ce beau pays.

Les touristes venus d’asie (Chine, Corée, Malaysie…) portent principalement cette croissance, mais les visiteurs de pays occidentaux ne sont pas en reste. On constate une croissance sur tous les marchés principaux comme les USA, le Canada, l’Allemagne et la Grande-Bretagne (détails sur le site Tourism New Zealand). Les visiteurs de France et des pays francophones suivent eux aussi la même tendance même si leur nombre n’est pas aussi significatif que les pays cités plus haut.

Une infrastructure sous pression

La Nouvelle-Zélande reste un pays encore peu peuplé. Ses capacités de développement sont donc limitées par une population de seulement 4,4 million d’habitants. Si le réseau routier est relativement développé et ne présente pas de souci majeur pour le trafic touristique, c’est dans la capacité d’hébergement que la tension est la plus palpable. En effet, un gros événement à Auckland ou à Wellington, comme un concert d’un grand artiste international ou un match de rugby important, siphonnent toutes les chambres disponibles. De plus, dans de nombreuses régions reculées comme la West Coast ou le Coromandel, l’offre reste structurellement faible et ne peut répondre à la demande qui s’accroît.

L’état est très conscient des difficultés qui se profilent pour le secteur touristique et propose un plan pharaonique de 125 milliards de dollars jusqu’en 2025. Un site dédié à l’objectif de croissance est consultable en anglais. De nombreux développeurs nationaux et internationaux investissent également dans de nouveaux hôtels dans les centres principaux. Vous verrez une activité intense de construction dans les villes du pays ! Malgré ces investissements, il restera pour longtemps un fossé entre l’offre et la demande si la croissance du tourisme continue à ce rythme.

Des prestations hôtelières onéreuses

Couplez un pays aux marges du monde, peu peuplé, avec une croissance forte du nombre de visiteurs, et vous crééez une situation propice au contrôle des prix par les prestataires. Ainsi, là où des chambres en B&B ou en motel coûtaient moins de $120 la nuit il y a 10 ans, elles coûtent désormais bien au-delà des $200 à $350 la nuit de nos jours. Et parfois même 2 ou 3 fois ce prix si un événement important a lieu dans la région où si vous voyagez au coeur de l’été, de fin décembre à fin janvier. Adeptes de la méthode du ‘Yield Management’, de nombreuses adresses de toute taille adaptent leurs prix selon la demande et la saison, ce qui imprime de fortes variations sur les dossiers de voyages. Le voyageur français habitué aux prix doux des chambres d’hôtes européennes pourra être surpris…

Impact sur la réservation de votre voyage

En tant que plus ancienne agence locale francophone spécialiste des voyages en Nouvelle-Zélande (nous fêtons nos 15 ans !), nous avons assisté d’année en année à un accroissement de la pression sur les disponibilités à travers le pays, et cela de plus en plus tôt dans l’année. Alors que par le passé il était possible d’organiser sereinement des voyages en septembre/octobre pour la période de l’été néo-zélandais de janvier-février, cela devient désormais quasi impossible. Il n’est pas rare que nous ayons à refuser des clients lorsque leur date de voyage est trop rapprochée. De ce fait, il devient essentiel pour les voyageurs tentés par les beautés naturelles de Nouvelle-Zélande de réserver de plus en plus tôt pour se donner toutes les chances de bénéficier des meilleurs établissements, de pouvoir organiser le circuit optimal passant par les régions les plus demandées.

Ainsi, réserver de 6 mois à un an en avance n’est plus un luxe, mais une nécessité…

Sébastien Michel
Fondateur de l’agence et expert destination depuis 2001

Notre catalogue de voyages Nouvelle-Zélande | Contacter notre agence pour un devis personnalisé

Donnez votre avis, on vous écoute !