Rencontre avec Romain & Loris de « 3 mois en NZ à vélo »

Rencontre avec Romain & Loris de « 3 mois en NZ à vélo »

Romain et Loris ont traversé la Nouvelle-Zélande à vélo. En trois mois, ces grands amis en ont pris plein les yeux, avalant les kilomètres et voyant les paysages du « Pays du Long Nuage blanc » défiler sous leurs roues. Les distances et le relief ne leurs ont pas fait peur ! Ils nous racontent ici leur aventure.

Bonjour Romain et Loris, pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Romain : Coucou, moi c’est Romain (à droite sur la photo), gros fan de sport, j’ai 24 ans et je suis originaire du Gard, même si j’ai passé mes cinq dernières années à Grenoble dans le cadre de mes études (un Master dans le domaine de la thermique et des énergies).

itw-nz

C’est d’ailleurs durant nos études à Grenoble que nous sommes devenus potes !

Loris : Moi c’est Loris, je viens de la région d’Annecy. J’ai réalisé les mêmes études que Romain. Nous avons  vécu en coloc pendant trois ans. Nous avons les mêmes centres d’intérêt, surtout un, le sport.

Pourquoi avoir décidé de faire ce voyage ensemble ? Qu’est-ce qui vous a motivés ?

R. et L. : Après trois années de coloc, nous savions que nous n’avions plus grand-chose à nous cacher et surtout, nous étions très durs à séparer (lol). En plus de cela, nous venions de terminer nos études, c’était donc le moment ou jamais pour partir. A deux, ça rend les choses plus conviviales, du moment que vous vous connaissez suffisamment, ce qui était notre cas. Sportifs dans l’âme (trail, VTT principalement, du foot également pour Loris), ajouter un côté « challenge/défi sportif » à ce voyage ne pouvait le rendre que plus beau. Le but étant de faire du vélo, mais également d’en profiter !

Pourquoi la Nouvelle-Zélande ?

R. : A l’origine, ce sont la magie des décors vus dans les Lord of the Ring qui m’ont donné envie d’en savoir plus sur la Nouvelle-Zélande. Après quelques recherches, j’ai pu découvrir tous les types de paysages présents dans ce magnifique pays et n’avais plus qu’une envie : les voir de mes propres yeux ! Enfin, sa superficie (la moitié de celle de la France) convient parfaitement au vélo sur quelques mois.

L. : Moins fan de la saga, j’avais envie de voyager et c’est clair que les paysages de la Nouvelle-Zélande ne m’ont pas fait hésiter longtemps !

Pouvez-vous nous présenter brièvement votre parcours ?

R. et L. : Notre trip devait durer 3 mois (= durée du visa voyageur, mais aussi durée suffisante pour visiter le pays en vélo et maximale supportable par la copine !). Nous l’avons préparé principalement en lisant de nombreux blogs et forums, à l’affût des conseils et bons plans. Compte tenu des témoignages recueillis, nous avons envisagé de passer un mois sur l’Île Nord et deux sur celle du Sud (ce qui nous a paru au final être une excellente idée). En ce qui concerne le vélo, nous avons au total parcouru 3 100 kilomètres (ce qui n’est pas si énorme mais représente bien notre souhait qui était également d’avoir le temps de se poser, de faire des activités, des randonnées, etc.) pour environ 28 000 mètres de dénivelé en 41 étapes (soit une moyenne de 75 kilomètres et 680 mètres de d+ par étape environ). A coté de ça, nous avons fait un peu plus de 320 kilomètres de randonnées pour près de 13 000 mètres de d+.

DCIM106GOPRO

Votre projet était-il ambitieux ? Avez-vous rencontré des difficultés ? Et si c’était à refaire ?

R. et L. : Ambitieux, oui et non. Oui parce c’était notre premier trip cyclotouriste du genre, que faire le tour d’un pays vallonné, où les conditions climatiques sont instables (surtout au printemps !), en vélo avec 30 kg de bagages à transporter, ça peut faire peur. Non parce que quand même nous sommes un minimum sportifs et que les kms et le d+ ne nous font pas peur. Nous avons déjà, par exemple, participé à des raids multisports durant lesquels nous avons parcouru 180 km et 7 000 m de dénivelé sur 3 jours.

Au final, physiquement, aucun problème. Et les conditions météo : tip top. Nous n’avons rencontré que très peu de difficultés, presque pas assez pour être honnête ! Sur la fin du trip, nous les cherchions d’ailleurs et c’est pourquoi nous avons opté pour le stop pour nous rendre au début du Routeburn Track (l’une des Great Walks) depuis Queenstown. Un dimanche matin, sous une météo moyenne, ce n’était peut-être pas la meilleure idée ! Nous avons attendu tout de même près d’1h30 avant d’être pris une première fois… ensuite par contre, ça a enchaîné ! Sur le coup nous n’avons pas vraiment rigolé, mais ça restera un super souvenir !

DCIM106GOPRO

Il y a aussi eu un petit imprévu au début du voyage, lorsque nous avions prévu de passer par l’île de Waiheke depuis Auckland pour rejoindre le Coromandel. Nous ne nous étions pas assez renseignés sur les horaires des ferries donc nous sommes bien arrivés à Waiheke, mais pas de ferry en direction du Coromandel une fois l’île traversée en vélo… nous avons dû improviser un petit camping sauvage avant de repartir vers Auckland. Encore un souvenir sympa !

Si c’était à refaire, il y aurait des choses à changer oui, car on trouve toujours des trucs à optimiser. Nous aurions bien aimé visiter le Northland sur l’Ile Nord, notre seul vrai regret en termes d’itinéraire. Également peut-être aussi voir les Catlins et grimper le Taranaki. Mais en 3 mois sincèrement on ne peut pas non plus tout voir, et notre trip a quand même été un beau condensé du pays.

Recommandez-vous de visiter la Nouvelle-Zélande à vélo ?

R. et L. : Carrément ! Nous recommandons ce mode de déplacement pour les sportifs, les amateurs de challenge car le pays n’est pas non plus tout plat. Cela rend les déplacements plus ludiques et nous sommes fiers à la fin de chaque étape, lorsque nous arrivons dans un paysage chouette, d’y être parvenus à la seule force de nos jambes !

Autrement, comme nous l’avons dit plus haut, la taille du pays fait qu’il peut facilement être parcouru en vélo en quelques mois (contrairement à d’autres pays magnifiques que sont l’Australie, les Etats-Unis ou le Canada). Les points sur lesquels il faut faire attention est de veiller à éviter au maximum les principaux axes de circulation. Le peu de fois ou nous avons dû rouler sur ces routes, ce ne fût vraiment pas agréable : énormément de circulation, ça roule vite et donc on en a rapidement plein les tympans (en plus de se faire peur…) !

Ensuite, il faut savoir que la météo néo-zélandaise n’est pas toujours des plus clémentes et être prêt à rouler sous la pluie et avec parfois pas mal de vent. Au final, dans notre cas, nous avons eu très peu de pluie et un peu de vent sur la fin mais sinon de bonnes conditions pour rouler !

Quels ont été les temps forts de votre voyage ?

R. et L. : Tout le temps !!! Non plus sérieusement :

  • Se faire payer une bière au milieu de nulle part par un gars du coin, au sommet d’une montée après plus de 100 kilomètres de vélo !
  • Regarder le ¼ de finale de Coupe du Monde France-All Blacks chez des Néo-zélandais. Puis se faire chambrer…
  • Dormir chez les Kiwis (via Warmshower) et rencontrer à chaque fois des personnages différents avec qui ont partage toujours de bons moments.

Dans un autre registre : être les spectateurs privilégiés du débarquement de pingouins à crêtes sur une plage coupée du monde…

DCIM106GOPRO

Quels sont les 5 lieux/paysages/expériences les plus marquants de ces 3 mois ?

R. et L. : Les meilleurs souvenirs de ce voyage, pour nous ce sont, en essayant de les classer :

  • Faire du kayak dans les eaux turquoise d’Abel Tasman : quelle sensation de liberté !
  • Le saut à l’élastique dans un cadre dément à Taupo
  • La nuit dans la Muelle Hut face au Mt Cook et au Mt Sefton
  • Le point de vue magique depuis le Roys Peak
  • Le Queen Charlotte Track à VTT dans les Marlborough Sounds (ou alors le VTT de descente à Queenstown, ou encore le rafting à Rotorua… ahah trop de trucs géniaux en fait, dur de trancher !).

DCIM106GOPRO

Pour lire le périple de Loris et Romain, rendez-vous sur leur blog : www.3moisennzavelo.simplesite.com.

N’oubliez pas les services aux PVTistes et l’App des Frogs pour préparer votre prochain roadtrip en Nouvelle-Zélande !

Propos recueillis par Pauline Pinard

Save

Save

Save

Save

Il y a 1 commentaire sur cet article
  1. Sonnerat Anne-LAure à 17:56

    Excellent de voir à ça car c’est ce que je prépare depuis un moment, et à peu de chose prés les objectifs sont les mêmes! Hormis le fait que je parte en couple, pour un WHV pour pouvoir justement farfouiller les moindre recoins! cela me donne encore plus de courage et dire que c’est dans un mois et demis ou plus que l’on décolle j’en reviens pas! alors pour des apects thecniques, est possible deposer des questions? car je vois que vous emportez sensiblement les même saccoches que moi mais je serai curieuse d’échanger !!!! Contente de voire que certains rêve partent du même endroit et attérissent aussi au même endroit! Enorme! merci d’avance! Anne-Laure

Donnez votre avis, on vous écoute !